ENCOURAGER UNE PRODUCTION
DE BŒUF RESPONSABLE

L’élevage bovin est responsable de la menace qui pèse sur le Cerrado, la savane la plus plus grande d’Amérique Latine. Ensemble, engageons-nous pour développer de nouvelles pratiques d’élevage, respectueuses de l’environnement et viables économiquement.

JE FAIS UN DON

Depuis 2016, le WWF développe des projets au Brésil permettant de répondre à la demande de viande bovine tout en s’attaquant aux problèmes environnementaux majeurs : la déforestation, les gaz à effet de serre, la dégradation des pâturages, l'utilisation de l'eau et la perte de biodiversité.

‘‘ Il y a beaucoup d’endroits que j’ai connus enfant, comme des rivières immenses qui ne sont aujourd’hui que des zones asséchées. Il n’y a tout simplement plus d’eau.
La déforestation nous a pris les palmiers, les lagons.
Il n’y avait pas de désert avant, tout était parfait,
plein de poissons, d’oiseaux. Tout ce qu’on voyait était tellement beau, mais aujourd’hui tout cela n’existe plus. ,,


Jose Gomez Lira
Membre de la communauté de Barra do Mandins

Chiffres clés : le Brésil est,

le 2ème

plus grand producteur
de bœuf au monde

et le 1er

exportateur de viande bovine au monde

200 millions

de bêtes d’élevage

les enjeux

●   Préserver la végétation naturelle du Cerrado
Depuis la fin des années 1950, 50% de la végétation naturelle du Cerrado a disparu alors qu’elle s’étalait autrefois sur plus de 200 millions d’hectares.

●   Freiner la détérioration de l’écosystème
La loi brésilienne permet actuellement dans certains cas de déboiser huit hectares de forêt sur dix au sein des propriétés rurales situées dans le biome du Cerrado. La végétation d'origine a été détruite pour faire place à de vastes cultures et à des terrains d'élevage de bétail… L’écosystème naturel pourrait disparaître d’ici 30 ans si rien n’est fait.

●   Limiter l’impact environnemental de l’élevage bovin
Préserver le biome unique du Cerrado en évitant le déboisement de parcelles forestières transformées en pâturage.

Nos solutions

En partenariat avec l’Association Novilho Precoce, une des associations les mieux organisées de producteurs bovins au Brésil, le WWF aide les éleveurs du Cerrado à adopter les bonnes pratiques pour améliorer leur rendement sans recourir à l’expansion de leurs terres.
Cette association possède 390 membres, environ 500 fermes, et gère une superficie de près de 1,2 million d'hectares (85% au Cerrado et 15% au Pantanal). Faire adopter ces bonnes pratiques à de nombreux producteurs doit permettre de favoriser les marchés qui valorisent les produits d’origine contrôlée et plus durables.


3 actions essentielles :


●   Inciter les éleveurs à privilégier les zones qui ne sont plus couvertes par sa végétation d'origine pour faire paître leur bétail au lieu de déboiser des terres intactes pour les convertir en zones de pâturage. Les bonnes pratiques sont utilisées pour améliorer l'efficacité de la production sur ces fermes

●   Développer une plateforme de surveillance de la chaîne d’approvisionnement en bœuf pour que les entreprises agroalimentaires et de distribution connaissent la traçabilité et la performance environnementale de la production de boeuf. Cette plateforme permettra de suivre les pratiques de chaque exploitation avec des critères tels que la conversion des forêts, la mise en œuvre du code forestier, les émissions...

●   Créer les outils de communication digitaux pour les consommateurs, pour les sensibiliser à la conservation du Cerrado, à la production et à la consommation durable.

premiers
succès

Le projet a déjà permis d’améliorer
les pratiques d’élevage dans
42 fermes
en appliquant le Protocole des Bonnes
Pratiques, soit près de 70 000 hectares.

Objectif :


Elargir le projet et intégrer davantage
de producteurs dans la démarche

Nos besoins

Ce projet nécessite un financement de 65 000 € par an sur 3 ans.
A ce jour, seulement 10 000 € ont été réunis.

Je soutiens ce projet

Réforme fiscale 2018 :
l'ISF devient l'IFI

Votre générosité reste encouragée par l'Etat :
profitez des déductions fiscales sur votre don

Depuis le 1er janvier 2018, l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est remplacé par l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). L’IFI porte exclusivement sur le patrimoine immobilier (maisons, appartements, immeubles, placements immobiliers) excluant ainsi les actifs financiers, les épargnes, actions ou obligations ainsi que toutes autres valeurs mobilières.
Le changement de cette assiette réduit le nombre de contribuables concernés, et représente un risque majeur de baisse de ressources pour les fondations telles que le WWF.

Il est d’autant plus important de maintenir votre générosité que chaque don reste déductible des impôts.

75%

du montant de votre don peut être déduit de votre IFI,
dans la limite de 50 000 € par an, en application de la loi TEPA.
Par exemple un don de 1000 € vous revient à 250 € après déduction fiscale de 75%.

66%

du montant de votre don peut être déduit de votre IR,
si vous n’êtes pas éligible à l’IFI.
Par exemple un don de 1000 € vous revient à 340 € après déduction fiscale de 66%.

> En savoir plus

Calculez le montant

de déduction dont vous pouvez bénéficier grâce à votre don au WWF

Estimation du montant de
votre IFI 2018 :
Montant maximum de votre
don déductible de votre IFI :
Montant du don que vous
souhaitez effectuer :
Coût de votre don après
déduction fiscale de 75% :
Coût de votre don après déduction fiscale de 66% :
Estimation de votre IFI dû
en 2018 après déduction :
JE FAIS UN DON

Votre contact privilégié

Pour en savoir plus sur les projets liés à l’Amazonie et au Cerrado ou pour toute question relative à la réforme fiscale 2018, vous pouvez contacter :
Delphine Lefranc – Responsable Cercle WWF


lecercle@wwf.fr